Le titre parle de lui-même, je crois bien ! A deux mois et demi du voyage, les choses se précisent et s’accélèrent, ils y a beaucoup de démarches à entreprendre et certains détails que l’on avait pas forcément pris en compte arrivent à la surface. J’avais envie de partager avec vous mon expérience, en espérant qu’elle aidera certains d’entre-vous dans leurs préparatifs !

LES JOIES DE L’ADMINISTRATIF

passeport-fr-800x532Je pense que la haine de l’administratif est relativement universelle. En tout cas, à ce jour, je n’ai jamais rencontré personne qui trépigne d’impatience à l’idée de remplir sa déclaration d’impôts, où qui soit enchanté à l’idée d’un rendez-vous à la mairie ou avec son banquier. Malheureusement, dans la préparation d’un grand voyage, l’administratif est indispensable. Et mieux vaut s’y prendre assez tôt, les derniers mois passent en un éclair !

Le passeport

En ce qui me concerne, je dois refaire faire mon passeport français, que je me suis fais voler il y a quelques années. Comme j’ai la double nationalité française/américaine, je voyageais jusqu’ici avec mon passeport américain. J’ai décidé d’entreprendre ce voyage avec un passeport français, pour éviter d’éventuelles complications (comme…devoir renoncer à la dite nationalité américaine en cours de route. Trumpy, pour les intimes, semble en passe de vouloir prendre des mesures contres les bi-nationaux…). Obtenir un rendez-vous en mairie n’est pas forcément rapide, surtout à Paris, et on peut également être amené à attendre jusqu’à un mois avant de récupérer le passeport. Mieux vaut donc s’y prendre très à l’avance, surtout si l’on a des visas à faire !

Le(s) visa(s)

Je dois également faire faire mon visa russe. En raison de la complexité de ce visa (sans doute le plus ch***t à obtenir avec le visa chinois), je vais sans doute passer par l’organisme Action-Visas. Ils prennent une petite commission mais géreront toutes les démarches. Comme je travaille en semaine, je préfère m’éviter les allers-retours à l’ambassade russe ! Ils se chargent également de m’obtenir ma lettre d’invitation sur le territoire, plus qu’à leur fournir les pièces et à leur préciser les dates de mon séjour en Russie (en l’occurrence du 1er juillet au 30 juillet 2017), ainsi que la date à laquelle je quitte le territoire français. De cette façon ils font en sorte que j’obtienne mon visa avant mon départ à l’étranger, tout bénef. Donc oui, je choisis la facilité pour ce visa-ci ! Mais pour tous ceux à venir, ce sera galères aux ambassades, et à l’étranger de surcroît. Profitons du confort tant qu’on peut l’avoir !

La banque

J’ai sollicité un rendez-vous avec ma banquière pour la prévenir de mon départ imminent, et donc du fait que pendant un certain temps je n’aurais plus de sources de revenus. De même, j’ai discuté avec elle des options que je pouvais avoir en ce qui concerne les taxes de retraits et paiements à l’étranger. Je suis à la Société Générale et je souscrirais donc à l’option Jazz International, qui propose la gratuité des retraits et paiements à l’étranger à hauteur de 14 euros par mois. L’offre de la Société Générale est la meilleure des banques physique, après avoir un peu étudié la question. Je sais qu’il existe aussi la solution des banques en ligne, qui offrent des coups plus bas. Pour l’instant je fais le choix de rester avec ma banque physique, dont je suis assurée des garanties. Mais il se pourrait qu’à l’avenir si je trouve que l’offre Jazz International est trop vorace, je migre sur une banque en ligne.

Résiliations diverses

Quand on embarque pour un long voyage, on ne peut pas se permettre d’avoir une myriade d’abonnements à droite à gauche, qui réduisent considérablement les comptes en banque! J’ai donc résilié mon abonnement internet (en avance, pour faire des économies. A prévoir des frais de résiliation) et j’ai opté pour un abonnement téléphone moindre coup dans les derniers mois. Dans les semaines qui précéderont mon départ, je résilierais complètement mon abonnement téléphonique. Je compte voyager sans forfait, contactant mes proches uniquement par Whatsapp, donc voyageant au gré de la wifi ! Et enfin, je vais devoir résilier ma mutuelle. Ce qui nous amène à la prochaine catégorie.

SANTE

voyage-sante

Oui, la santé ! Quand on part en voyage, autant faire en sorte d’être au meilleure de sa forme ! Et autant utiliser sa mutuelle à fond tant qu’on l’a encore. Pour ma part médecin, ophtalmo, dentiste, j’ai tout fais. Il ne me reste plus qu’à faire faire les vaccins (je ne suis pas très pro-vaccin, je vais donc me contenter de refaire faire le tétanos, remboursé par la sécurité sociale, puis l’hépatite A/B et la typhoïde.)

L’Assurance Voyage, un Must

Pas de mutuelle, certes, mais on ne peut pas partir en voyage free-style, sans la moindre couverture. Même si on « ne tombe jamais malade ». Personne n’est à l’abri d’un accident ! Et à l’étranger, les frais médicaux peuvent monter TRÈS haut TRÈS vite. Se serait dommage de se ruiner pour une jambe cassée. J’ai pas mal étudié la question de l’assurance au cours des derniers mois, et j’ai opté pour Cap Aventure, proposée par Chapka Assurance. Selon moi, le meilleure rapport/qualité prix pour un long séjour dans le monde entier (non non, je ne suis pas sponsorisée haha). Je l’ai déjà souscrite, car pour faire faire le visa russe, il me faudra un justificatif d’assurance. Mon assurance commencera à me couvrir dès mon premier jour sur le territoire russe. Jusque là, restant en Europe, je serais couverte par ma Carte Européenne d’Assurance Maladie, que vous pouvez demander auprès de la Sécurité Sociale (directement sur votre compte Ameli).

DÉMISSION, LICENCIEMENT ET AUTRES JOYEUSERIES 

Businesswoman throwing paper up in office, arms raised, smiling, low angle view

A part si vous êtes à votre compte ou que vous avez un travail que vous pouvez faire de n’importe où dans le monde (genre traducteur), il va bien falloir quitter votre emploi. Beaucoup de personnes qui ne partent qu’un an demandent à avoir un congé sabbatique. Certains ont la « chance » de profiter d’un licenciement économique qui tombe à pic. D’autres, comme moi, n’ont d’autre choix que de démissionner. Je n’ai pas envie d’avoir une date de retour pré-déterminée et pas de licenciement économique à l’horizon ! Au poste que j’occupe, j’ai un préavis de deux mois. Mieux vaut donc s’y prendre à l’avance, voir même prévenir l’employeur deux mois et demi à l’avance pour lui laisser le temps de prendre les dispositions nécessaires. Autant se quitter en bon termes. Et même si vous n’avez pas grande sympathie à l’égard de votre employeur, n’oubliez-pas qu’il n’est pas forcé par la loi de vous remettre votre chèque de solde tout compte dans les meilleurs délais ! Une rupture dans de bonnes conditions réduit vos chances d’avoir à poireauter pour l’empocher.

ADIEU LE STUDIO DE 15M2 OUTRAGEUSEMENT CHER

Young couple

Ceux qui vivent à Paris sont sans doute familiarisés avec le coût atroce de l’immobilier. Quoiqu’il arrive et même si vos payez un loyer raisonnable pour votre appartement, quand on voyage longtemps et avec un budget réduit, on ne peut pas se permettre de garder un pied-à-terre à payer mensuellement. Il faut donc rendre les clés, et prendre les dispositions nécessaires assez en avance.

Faire le vide

Pour certaines personnes, se débarrasser de ses possessions matérielles est un véritable déchirement. Heureusement pour moi, je n’ai jamais été une grande matérialiste. J’ai déménagé une bonne vingtaine de fois dans ma vie, me débarrassant de la moitié voir plus de mes affaires à chaque déménagement. Il n’empêche que faire un grand vide, ça peut prendre du temps, surtout si on veut essayer de se faire quelques sous au passage !

LeBoncoin

Le site de vente entre particuliers LeBoncoin est votre ami. J’y ai mis mon mobilier et ça part comme des petits pains. Bien sûr, comme je suis assez pressée par le temps, je mets généralement des prix au dessous du marché. Comme ça ça part plus vite.

Gibert-Joseph

Pour les livres, CDs, DVDs, tout du moins ceux qui sont en bon état, Gibert-Joseph est une bonne option. Plus besoin d’habiter sur Paris avec leur nouvelle application qui permet de scanner tous vos produits et d’obtenir un prix de rachat en ligne. Après ça, hop, plus qu’à envoyer le tout par la poste et vous êtes payés à réception du colis. Attention cependant, ils sont relativement strictes sur l’état des objets : livres trop froissés, CDs avec quelques rayures…Ils ne reprendront pas. Reste LeBoncoin !

Emmaüs

Pas de profits avec Emmaüs…mais une petite BA pré-voyage ! Personnellement j’ai fais le choix de ne pas vendre mes vêtements mais d’en donner l’intégralité à Emmaüs. Et oui les filles, il faut se séparer des vêtements ! Bon, j’en garde quelques-uns, mais dans l’idéal je ne veux embarrasser mon père que d’un seul carton, deux max.

Préavis de départ

Pour la location, c’est comme pour l’emploi, il y a un préavis à prendre en compte. En zone dite « tendue », où l’immobilier est très demandé, vous avez un mois de préavis à compter. Dans les zones « non-tendues », il faut compter trois mois de préavis. Exception pour les logements meublés, un mois seulement de préavis peu-importe la zone géographique. Veillez à rendre votre logement en bon état, ce serait dommage de perdre le chèque de caution !

SE PROCURER OU COMPLÉTER L’EQUIPEMENT

Maintenant que vous avez géré ce que vous laissez derrière-vous…Il faut prévoir ce que vous emmenez ! Pendant les mois, voir les années à venir, vos seules possessions tiendrons dans un sac-à-dos. Autant faire en sorte de sélectionner les bonnes !

Le sac-à-dos

Le choix du sac-à-dos reste somme toute assez personnel. Pour moi, les deux éléments les plus importants de l’équipement sont : le sac-à-dos et les chaussures.

Choisissez donc soigneusement votre sac-à-dos. Il doit être confortable, résistant et avoir une contenance suffisante. Si vous êtes sur Paris, je vous conseille d’aller faire un tour Au Vieux Campeur spécial sac-à-dos, à Saint-Michel. Les vendeurs pourront vous conseiller et surtout, vous pourrez essayer plusieurs sacs et apprendre comment les ajuster. Un bon sac-à-dos bien réglé ne doit ni peser trop sur les épaules, ni trop sur les hanches. N’hésitez pas à prendre des affaires avec vous pour le tester rempli ! Pour ma part j’ai le sac Osprey Ariel 55L. J’en suis très satisfaite.

350_14639
Ariel 55L de la marque Osprey

Les chaussures 

Pour moi le critère principal d’une bonne paire de chaussure, ce n’est pas le prix, la marque, qu’elles soient hautes ou basses…c’est le confort. Choisissez des chaussures confortables. Vous les aurez aux pieds 24h/24 (enfin, peut-être pas la nuit, n’exagérons rien haha). J’ai acheté mes chaussures à Décathlon, ce sont des chaussures de running, basses, super résistantes, étanches et surtout…de véritables chaussons !

Tout le reste

Bienvenue dans la catégorie fourre-tout ! Le reste dépend beaucoup du type de voyage que vous voulez faire. Moi par exemple, j’ai une tente, un sac de couchage, une gamelle et un réchaud. Pour certains, pas question d’entendre parler du camping sauvage ! Pleins de petits accessoires sont les bienvenus, notamment boussole, couteau-suisse, pierre-à-feu (ça dépanne bien quand le briquet tombe en rade !). Prévoyez une trousse de secours avec les grands basiques, pansements, alcool…Pour ma part je suis contre la médication à outrance, type « bouffe 4 dolipranes pour un petit mal de tête ». Saleté de hippie, hein ? Je voyage avec un pot du baume de tigre. Ce truc est miraculeux.

S’équiper au féminin – Le voyage en tant que femme

photo-1429277005502-eed8e872fe52

Et oui, aux dernières nouvelles, je suis une femme ! J’avais donc envie de donner quelques conseils à mes compatriotes.

Trousse de toilette

Ça n’est parce que l’on voyage que l’on est obligé de laisser tomber la moindre coquetterie. On peut, c’est sûr. Pour ma part, pas de maquillage en voyage. Vous remarquerez vite que le bonheur sied mieux au teint que l’eye-liner et le blush de toute façon. Par contre ne me demandez pas de laver mes cheveux au savon de Marseille, j’aimerais éviter de finir avec des dreadlocks au bout de deux mois. Je voyage donc avec un shampoing, et je pense que l’on peut même se permettre de prendre un après-shampoing. Mon conseil : le shampoing solide de chez Lush. Super pratique à transporter, ça sent trop bon et en plus c’est vegan, 100% certifié non testé sur les animaux. Ils font même des après-shampoings solides, que demande le peuple ! => Lush – Shampoings solides. Je voyage également avec un crème hydratante, pas un luxe pour moi, sans elle je finirais en vieille figue au bout d’une semaine !

En voyage, je me transforme en yéti, c’est clair. Et où est le mal ? La société nous conditionne à nous raser comme si c’était une tare d’avoir des poils, alors qu’il n’y a rien de plus naturel.

Ouaip, bon, il n’empêche que des fois on aime bien avoir des jambes toutes douces. J’emmène donc un rasoir dans ma trousse de toilette. Ce n’est pas évident de se raser tout le temps, mais au moins à l’occasion je suis équipée ! Lors de mon voyage je n’aurais qu’un seul vol, d’Édimbourg à Stockholm,  mais si vous ne mettez pas votre bagage en soute je crois que les lames de rasoirs sont peu appréciées. Ça n’est pas comme si c’était impossible d’en trouver ailleurs dans le monde !

Quand Mère-nature passe dire coucou

cup_menstruelle
Coupe menstruelle

Je n’ai qu’une seule chose à dire : La Cup. C’est économique, c’est pratique, c’est l’avenir mesdames ! Et sans nul doute le présent des voyageuses. Seul bémol, il faut la faire bouillir pour la nettoyer. Pendant le cycle, je considère que des lingettes désinfectantes suffisent pour la nettoyer, mais il faut éventuellement trouver le moyen de la nettoyer plus à fond. Pour cela que je conseille d’en emmener deux, des fois que vous ne trouviez pas moyen de nettoyer la première immédiatement, il vous reste toujours la deuxième.

Les vêtements 

J’emmène trois T-shirt, un chaud, un moyen-chaud et un débardeur, quatre culottes, deux soutien-gorges confortables, un jean, un short, un pantalon type sarouel et une longue jupe. Mais le choix des vêtements varie vraiment d’une personne à une autre ! Cependant je conseille de ne pas prendre plus, un sac trop lourd peut devenir un véritable handicap en voyage. N’oubliez pas que vous l’aurez tout le temps sur le dos ! Certains pourraient se demander pourquoi je prends une longue jupe, ça n’a pas l’air pratique comme ça. Alors déjà, j’aime bien les jupes (si si, c’est un critère) et deuzio, dans certains pays du monde, les femmes portent des robes, ou jupes. S’adapter à la culture, c’est se rendre plus abordable.

LE BUDGET

Je ne compte plus le nombre de blogs de voyage qui vous indique LE budget à prévoir pour un « Tour du Monde ». Au final, le budget varie énormément en fonction : des pays visités, de la personne, du mode de voyage. Par exemple je voyage en sac-à-dos, j’évite l’avion et j’aime rester plusieurs semaines voir plusieurs mois au même endroit, faire du Woofing, du Couchsurfing : le Slow Travelling, comme on dit. Mon budget n’a de fait pas besoin d’être aussi conséquent que quelqu’un qui veut voir le plus de pays en le moins de temps possible, ou qui veut faire un séjour en Australie (c’est cher paraît-il, très cher au pays des Kangourous !). Pour ma part, je vais partir avec 9 000€, sans compter les dépenses pré-voyage type assurance (480€), matériel (à peu près 500€), visa (180€), passeport (86€), vaccins… C’est un budget de départ. Je compte travailler pour pouvoir poursuivre mon voyage.

Comment on arrive à réunir un budget ? On économise, c’est tout. On met le voyage tout en haut de la liste de ses priorités. On sort moins, on privilégie les soirées à l’appartement, on proscris les restaurants, on mange des pâtes (vous n’avez pas idée à quelle point j’en ai marre des pâtes). Pas besoin d’être riche pour voyager. J’avais 4000€ de côté à la base, avant d’économiser. Mais si je ne les avais pas eu, je serais soit partie sans, soit partie un peu plus tard. C’est tout.

Au final, ce n’est pas l’argent, pas votre travail, pas votre famille, pas les attentes que les autres ont de vous qui vous retienne. Ce sont les limitations que créez pour vous-même. « Everything you want is on the other side of fear ».

La seule chose qui se tient entre vous et vos rêves, c’est la peur. Surmontez la peur, et il ne reste plus que des formalités.

Belles aventures à vous, voyageurs aguerris et voyageurs en devenir !

 

Publicités